Groenland, de Kangerlussuaq à Sisimut, le long du cercle polaire arctique en aller simple.

Participants :

Je suis Coralie, je voyage depuis toujours. Que ce soit avec mes parents, mon copain, des amis ou seule, j’ai déjà parcouru beaucoup de pays plutôt en mode sac à dos. J’aime profiter des opportunités et des hasards pour trouver mes prochaines destinations : mon frère a travaillé au Burkina Faso et au Sénégal.

Je suis allée le voir sans hésiter. Le rêve d’un copain était d’aller voir le Machu Pichu, nous y sommes allés avec lui. Nous avons lu un article sur la Colombie, pays encore peu développé en termes de tourisme, nous avons pris nos billets un mois avant d’y aller. Un Géo spécial Groenland est sorti, cela m’a suffi pour être séduite et pour vouloir relever le challenge. Je suis donc partie avec mon copain Romain, montagnard pyrénéen ainsi qu’un couple d’amis Arnaud et Marion également grands randonneurs.

En termes de sports outdoor je pratique régulièrement la randonnée, le trail, la course à pied avec quelques courses à mon actif (semi-marathon, trail de 33km…). En vacances j’aime tester les nouvelles activités qui peuvent s’offrir à moi : plongée, kayak, rafting, parapente…

Ou dormir au Groeland :

Des huts sont dispersées le long du parcours de l’Arctic Circle Trail tous les 10 à 15 km environ. Ce sont de petites cabanes sommaires sans eau ni électricité et sans aucune forme de ravitaillement. Toutes ne se valent pas en termes de confort, de propreté et de places disponibles. Si vous prévoyez de ne dormir que dans ces huts, vous devrez caler vos étapes sur celles-ci et arriver tôt car certaines sont petites et peuvent se remplir rapidement (de 4 à plusieurs dizaines places). Cependant, de temps en temps elles pourront s’avérer utiles pour une nuit au chaud et abritée. Elles sont visibles sur les cartes IGN et sont gratuites.

Les Huts situées sur le parcours de l’Arctic Circle Trail peuvent servir de refuge
Les Huts situées sur le parcours peuvent servir de refuge

Vous pouvez aussi dormir dans votre tente et il est possible de bivouaquer n’importe où. Cela vous permettra d’être libre de prolonger ou de raccourcir une étape et de dormir dans un endroit complètement isolé.

Le bivouac est autorisé partout au Groenland
Le bivouac est autorisé partout au Groenland

Où se restaurer/où se réapprovisionner :

Aucun ravitaillement n’est possible sur le parcours. Les seuls points d’achat sont les villes de départ ou d’arrivée (Kangerlussuaq et Sisimut) car l’Arctic Circle Trail peut se faire dans les 2 sens. Quelques baies sauvages (des myrtilles notamment) peuvent se trouver sur le parcours mais elles ne sont pas suffisantes pour faire un bon repas.

L’eau se trouve en abondance dans les lacs et rivières. Elle est totalement pure et peut se boire sans pastille ou sans la faire chauffer (moyennant de respecter quelques consignes basiques : regarder les alentours et privilégier une eau avec du débit).

Office du tourisme :

https://visitgreenland.com (site officiel, en anglais, danois et allemand).

Kangerlussuaq et Sisimut : http://www.greenland-guide.gl/sisimiut/dk/default.php

Pour des informations locales pour la suite de votre voyage, il faut s’adresser directement aux agences de tourismes ou aux hôtels qui vous apporteront plus de conseils. Cela s’explique par le fait que le Groenland reste peu développé en termes de tourisme et ce sont les seules structures ayant les informations. Les excursions se font presque exclusivement via des agences, n’hésitez pas à les contacter directement. Elles pourront vous fournir quelques informations même si vous ne souhaitez pas faire appel à elles.

Caractéristiques du Artic circle Trail :

L’Arctic Circle Trail est un trek de 160 km environ pouvant être rallongé de 20km par une étape optionnelle. De mi-juin à mi-septembre, le sentier n’est pas enneigé et est facilement repérable grâce aux nombreux cairns. Il n’y a pas d’arbres, ce qui rend la visibilité excellente. Le cap, toujours à l’ouest (ou à l’est si vous le faites dans l’autre sens), rend l’orientation très facile. Le chemin à suivre est relativement accessible et comprend quelques centaines de mètres de dénivelé à chaque étape.

Les difficultés résident dans le climat qui peut être changeant (brume, vent, pluie), les mouches et moustiques qui peuvent être insupportables et les marécages qui sont inévitables et mouillent les chaussures. Selon le nombre d’étapes que vous choisirez (entre 5 et 15 en général), vos journées de marche seront plus ou moins longues. Le poids de votre sac à dos sera aussi un élément important pour estimer la difficultée.

L’Arctic Circle Trail, long de 160 km environ relie Kangerlussuaq à Sisimut.
L’Arctic Circle Trail, long de 160 km environ relie Kangerlussuaq à Sisimut. Source : www.cicerone.co.uk

Quoi d’autre dans les environs:

L’étape optionnelle à Kangerlussuaq vous permettra d’aller voir un glacier et peut-être même d’observer des bœufs musqués. Elle peut se faire à pied ou en voiture (taxi ou via une agence).

Bibliographie :

Le challenge de l’Arctic Circle Trail commence bien avant le départ en voyage, puisqu’il est difficile de trouver des informations précises sur ce trek. Nous nous sommes appuyés sur les supports suivants :

  • Cartes topographiques Sisimut, Kangerlussuaq et Pingu 1 :100 000. Nous ne nous en sommes pas servis car nous avons eu une bonne visibilité nous permettant de bien voir le tracé. Elles peuvent s’acheter sur internet ou sur place dans les hôtels.

Cartes topographiques Sisimut Kangerlussuaq et Pingu

  • Le Guide Trekking in Greenland – The Arctic Circle Trail, édition Cicéron : ce guide est indispensable et est une vraie bible pour le trek.

Guide Trekking in Greenland

  • Guide du Groenland, édition Grand Nord Grand Large. Peu utile pour le trek mais contient du contenu sur la culture et la nature groenlandaise
Guide du Groenland, édition Grand Nord Grand Large
Guide du Groenland, édition Grand Nord Grand Large

Tout est disponible sur le site aventurenordique En cas de rupture de stock fréquent car ces guides ne sont quasiment plus édités, je vous conseille de les acheter d’occasion sur ebay, leboncoin…

Il existe d’autres guides Lonely Planet Greenland et Petit Futé mais ils sont trop peu détaillés en ce qui concerne l’Arctic Circle Trail. Pour le reste de votre voyage au Groenland, ils sont intéressants.

Lien Internet :

Les liens internet officiels vous donneront des informations sur le voyage au Groenland mais n’ont pas d’informations pratiques sur l’Arctic Circle Trail. De plus en plus de blogs racontent l’Arctic Circle Trail. Les articles sont récents et n’existaient pas lorsque je suis partie. Ils ne sont pas en français. C’est aussi pour cela j’ai voulu écrire cet article, pour donner les informations que j’aurais voulu avoir avant de partir.

Voici les sites les plus utiles :

 

L’Arctic Circle Trail au Groenland, une randonnée d’une semaine en autonomie totale le long du cercle polaire arctique.

L’Arctic Circle Trail, un souvenir inoubliable qui soude une amitié.
L’Arctic Circle Trail, un souvenir inoubliable qui soude une amitié.

L’arrivée au Groenland

Le Groenland est une île. Grande comme quatre fois la France avec environ 55 000 habitants qui vivent le long des côtes. Recouverte à 80% d’Inlandsis (une calotte glaciaire). La glace fond l’été sur les côtes alors que le milieu des terres reste perpétuellement glacé. Tout le reste de l’année, le Groenland est recouvert de neige et de glace. Il n’existe donc aucune route reliant les villes entre elles. Les déplacements se font donc par avion, bateau, motoneige ou à pied.

L’aéroport national du Groenland se situe à Kangerlussuaq, ancienne base militaire américaine de la guerre froide. Il se situe au niveau du cercle polaire arctique à 160 km dans les terres, à l’est de la ville côtière de Sisimut, notre point d’arrivée. De mi-juin à mi-septembre, le climat est plutôt agréable : les nuits sont froides, mais le jour quand le soleil est au beau fixe, les températures peuvent atteindre les 20°C.

Le tarmac de l’aéroport de Kangerlussuaq
Le tarmac de l’aéroport de Kangerlussuaq

Nous arrivons la veille de notre départ pour le trek. ce qui nous laisse le temps de trouver des cartouches de gaz pour le réchaud. Celles-ci sont interdites en avion mais sur place les petites échoppes vendent tous les types de recharges gaz et un peu de matériel de randonnée. Kangerlussuaq, est une ville-aéroport de 500 habitants. Nous avons passé notre première nuit dans une auberge de jeunesse. Cela nous a permis de partir tôt le lendemain matin, de prendre un petit déjeuner consistant et de s’acclimater à ce nouveau territoire et à cette culture si différente de la nôtre.

Jour 1, le départ

Nous partons pour l’Arctic Circle Trail le lendemain de notre arrivée, c’est un vendredi. Nous devons arriver à destination impérativement 8 jours plus tard car nous avons réservé notre bateau pour Ilulissat pour le samedi et ce dernier ne passe que deux fois dans la semaine. Notre rythme sera donc d’au moins 20 km de marche par jour.

Départ de l’Arctic Circle Trail avec 17 km de route goudronnée
Départ de l’Arctic Circle Trail avec 17 km de route goudronnée

Le parcours commence depuis la ville de Kangerlussuaq avec une piste goudronnée de 17 km. Sur ce parcours, nous croisons un petit port servant à ravitailler la zone en pétrole. Ainsi qu’une ville-station météorologique pour l’observation des aurores boréales, Kellyville, population de 7 habitants.

L’entrée de la ville de Kellyville, une ville-station d’observation de 7 habitants
L’entrée de la ville de Kellyville, une ville-station d’observation de 7 habitants

Nous entrons enfin sur un sentier que nous ne quitterons plus jusqu’à la fin du trek. Nous profitons des abords du premier lac pour déjeuner et reposer notre dos des 20 à 25 kilos que nous portons chacun. Le soleil est au beau fixe, nous sommes en t-shirt et profitons de cette chaleur pour faire une petite sieste dans l’herbe.

Le paysage ressemble à ceux de nos montagnes françaises à 2 000 m d’altitude.

II n’y a aucun arbre, ils ne résistent pas aux conditions climatiques glaciales quasiment toute l’année. Pour le reste, nous croiserons sur notre chemin beaucoup de lacs à l’eau cristalline, de petites collines, des plateaux rocheux, des vallées et des rivières avec les marécages qui vont avec.

Paysages de l’Arctic Circle Trail
Paysages de l’Arctic Circle Trail

Nous nous remettons en chemin et nous arrivons à la première hut qui est dans un état pitoyable. Il s’agit d’une caravane qui sert aussi de refuge aux chasseurs et malheureusement de poubelle aux randonneurs.

Première hut durant notre rando sur L’Arctic Circle Trail, il s’agit en fait d’une caravane
Première hut , il s’agit en fait d’une caravane

À notre grand désarroi, nous rencontrerons énormément de déchets dans les huts suivantes qui ne sont ni approvisionnées ni vidées. Ces déchets sont laissés par les randonneurs qui se délestent de leurs emballages de lyophilisés et des cartouches de gaz vides.

Paysages rencontrés durant l’Arctic Circle Trail
Paysages rencontrés durant l’Arctic Circle Trail

Nous continuons notre chemin jusqu’à notre premier point de bivouac à côté d’un lac. Nous savourons ce sentiment de liberté, de ne pas être pris de court par la nuit qui tombe puisqu’à cette période le soleil ne couche jamais vraiment.

27 km, 9h30 de marche.

Jour 2 et 3, fumée et incendie

Nous repartons pour une journée riche en animaux. Aux premières heures, nous croisons la route d’un renard polaire et de lapins arctiques. Ensuite, nous croisons plusieurs rennes : un petit, un grand et un mono-bois. Nous déjeunons, au bord d’un lac sur une plage de sable fin. Nous reposons nos pieds dans l’eau, c’est un moment exceptionnel.

Un renne au milieu des paysages groenlandais
Un renne au milieu des paysages groenlandais

Le parcours nous fait longer un lac pendant une vingtaine de kilomètres. Des canoës, laissés sur les rives sont parfois disponibles pour traverser le lac à la rame et gagner quelques kilomètres. Dans notre cas, ils seront tous de l’autre côté du lac et nous devrons finalement marcher durant 2 jours pendant 20 km le long du lac. Cela me paraîtra être une éternité et je ne serai pas triste de changer de décor. Au fur et à mesure de notre avancée, nous sentons une odeur de fumée de plus en plus présente.

Balade au bord d’une plage durant notre rando sur L’Arctic Circle Trail
Balade au bord d’une plage

Le réveil, le lendemain se fait dans un épais brouillard de fumée. En reprenant la route nous voyons au loin que la rive du lac brûle. Les flammes sont assez rases parce que la végétation est très basse. Mais bien que le vent nous soit favorable et repousse la fumée vers le flanc de colline, notre chemin passe quand même en bas du foyer avec aucune possibilité de contourner : à droite le lac, à gauche le flanc enfumé de la montagne.

Rive d’un lac long de 20km durant notre rando sur L’Arctic Circle Trail
Rive d’un lac long de 20km

Ici, impossible pour nous de faire demi-tour.

Approche de l’incendie durant notre rando sur L’Arctic Circle Trail
Approche de l’incendie

Cela reviendrait à refaire en sens inverse les 50 km déjà effectués jusqu’à présent. A rater notre bateau et surtout à compromettre toute la suite de notre voyage. Nous décidons donc d’affronter l’incendie. Nous nous équipons avec un buff sur le nez et la bouche et nous nous lançons à l’assaut des quelques dizaines de mètres enfumés, un peu à l’aveugle. Au milieu des cendres et des braises, nous arrivons à suivre le chemin et traversons rapidement la zone d’incendie.

Le caoutchouc de nos chaussures a eu chaud. Nous avons eu peur même s’il s’avère qu’il est relativement courant de croiser la route d’un incendie. Dans la hut que nous rencontrons par la suite, nous apprendrons via les messages laissés par les randonneurs dans des carnets, que ce feu brûle depuis 2 semaines. L’origine est probablement un brûlage de déchets qui s’est propagé avec le vent. Sans possibilité d’alerter les secours et surtout sans grande importance accordée par les autorités, ce feu brûle la végétation rase et se propage jusqu’à ce que les conditions météo l’éteignent. Quel dommage…

Traversée d’un incendie qui s’est propagé suite au brûlage de déchets par des randonneurs
Traversée d’un incendie qui s’est propagé suite au brûlage de déchets par des randonneurs

Nous continuons notre route et entrons dans une vallée entre 2 chaînes de montagnes, très ventée. La journée se termine au bord d’un lac. Après avoir tenté de planter notre tente sur la plage, en vain à cause du très fort vent, nous nous rabattons sur un promontoire avec une vue extraordinaire.

Vue du bivouac de jour au Groeland, l’eau n’est pas aussi chaude qu’elle en à l’air bien au contraire
Vue du bivouac de jour, l’eau n’est pas aussi chaude qu’elle en à l’air bien au contraire

Nous mettons notre réveil à 1h du matin pour observer rapidement la nuit éclairée par le soleil. Le froid étant glacial, nous aurons la force de sortir seulement le bras de la tente pour faire une photo.

Vue du bivouac à 1h du matin, le soleil ne se couche jamais tout à fait au Groeland
Vue du bivouac à 1h du matin, le soleil ne se couche jamais tout à fait

46 km, 20h de marche en deux jours.

Jour 4, le passage de la rivière

Ce matin-là, il nous est difficile de sortir de notre tente, les températures sont descendues en dessous de zéro et les affaires restées dehors ont gelé. Aujourd’hui nous devons atteindre un point important et incontournable du parcours : le passage d’une rivière à gué. L’incertitude réside dans le niveau de la rivière, il peut être très haut comme assez bas en cette période. Il y a toujours l’option de faire un détour pour passer par un pont mais premièrement, les kilomètres rajoutés ne sont pas négligeables et deuxièmement le pont n’est paraît-il pas si facile à trouver.

En direction de notre nouvelle hut est toujours un évènement, synonyme de pause et d’en-cas
En direction de notre nouvelle hut est toujours un évènement, synonyme de pause et d’en-cas

Avant cela, cap sur une petite montée qui nous permettra d’atteindre un plateau avec une hut. En arrivant dans ce refuge, nous constatons qu’un autre feu a pris aux alentours il y a quelques temps. Nous rencontrons aussi 2 allemands que nous avions croisés un peu plus tôt. Ils ont passé la nuit sur place et nous montrent des vidéos de renards polaires qui sont venus glaner quelques restes de repas durant la nuit.

L’arrivée à une nouvelle hut au Groeland
L’arrivée à une nouvelle hut

Nous reprenons notre route sous un soleil de plomb et redescendons dans une vallée.

Rivière du Groeland a traverser
Rivière a traverser

C’est probablement la journée la plus chaude de notre parcours et nous sommes finalement contents de trouver cette fameuse rivière. L’eau nous arrive à mi mollet, c’est parfait pour nous rafraîchir un peu. Néanmoins, nous nous organisons pour traverser en nous accrochant les uns aux autres car il y a un peu de courant et les galets sont glissants.

Le passage de la rivière peut se faire à gué ou via un pont qui n’est pas facile d’accés
Le passage de la rivière peut se faire à gué ou via un pont qui n’est pas facile d’accés

Notre chemin continue par une partie qui semble étonnamment désertique sur ce territoire recouvert de glace la majeure partie de l’année. Enfin, nous décidons de nous arrêter au pied de la hut suivante, en haut d’une colline.

La hut à droite et nos minuscules tentes à gauche dans un magnifique décor du Groeland
La hut à droite et nos minuscules tentes à gauche

Un rapide état des lieux nous donne à penser qu’il s’agit d’un repère de chasseurs. En effet, les bacs en plastiques à l’extérieur laissent entrevoir ce qu’ils contiennent : des peaux de bêtes.

La hut de chasseurs
La hut de chasseurs

Malheureusement les mouches et les mauvaises odeurs sont aussi au rendez-vous. Avant d’aller nous installer un peu plus loin, nous décryptons un petit message papier accroché dans la hut.

Le soleil se couche sur la vallée de l’Arctic Circle Trail
Le soleil se couche sur la vallée

Il nous indique, à la façon d’une carte au trésor avec des coordonnées GPS, l’emplacement de la source qui nous permettra d’avoir un peu d’eau pour la soirée. Nous regardons le soleil se coucher sur la vallée, dérangés par les centaines de moustiques qui nous assaillent et ce n’est que le début…

Retour de l’expédition à l’Arctic Circle Trail pour trouver la source d’eau
Retour de l’expédition pour trouver la source d’eau

18 km, 10h de marche.

Jour 5, la hut au bord du lac

C’est reparti pour une journée de marche. Nous avons nos automatismes et savons désormais repérer au loin les cairns avec un demi-cercle rouge, en référence au drapeau du Groenland.

Les cairns sur l’Arctic Circle Trail sont nombreux tout au long du parcours
Les cairns sur l’Arctic Circle Trail sont nombreux tout au long du parcours

Le sentier depuis le début n’est pas très difficile en soi. Néanmoins, il est assez étroit avec beaucoup de racines et de pierres ce qui nous oblige à rester concentrés en permanence. Les dénivelés ne sont jamais excessifs, maximum 500 mètres dans une journée, néanmoins le poids des sacs rend la randonnée parfois difficile.

Les cairns sur l’Arctic Circle Trail
Les cairns sur l’Arctic Circle Trail

Pour déjeuner, nous nous posons au bord d’une rivière presque enchantée. Le bruit de l’eau qui coule et les rayons de soleil nous bercent. Nous nous laissons aller à une petite sieste récupératrice. Un fort vent nous suivra jusqu’à notre arrivée à la hut où nous choisissons de dormir pour fêter les trente ans de Marion. Cette hut est la plus confortable que nous verrons tout au long du parcours. Nous y arrivons tôt dans la soirée et heureusement car la douzaine de lits qu’elle contient sera entièrement occupée.

La hut au bord du lac où nous passerons une nuit
La hut au bord du lac où nous passerons une nuit

Fêter ses trente ans au Groenland a quelque chose d’exceptionnel mais nous avons voulu rendre cette soirée encore plus belle. Nous avons organisé, ce que nous considérons comme un « festin » vu nos conditions de voyage : cacahuètes et double ration de viande séchée, purée lyophilisée au fromage et barre énergétique surmontée d’une bougie en guise de gâteau d’anniversaire. Nous avions aussi pris 2 petites poches de vin de 100 ml chacune (marque OneWine Glass). Ce qui, couplé avec notre fatigue, a égayé notre soirée et stupéfait les autres randonneurs, qui ne pensaient pas trouver des français boire du vin au fin fond du Groenland !

Sieste au bord de la rivière
Sieste au bord de la rivière

20 km, 10h de marche.

Jour 6, le lit de la rivière

Bizarrement c’est en ayant le plus de confort que nous avons le plus mal dormi. Emmitouflés dans nos sacs de couchage dans une pièce où dorment une dizaine d’autres personnes, nous avons eu extrêmement chaud. Levés à 5h du matin, nous partons à 6h. Nous n’avons jamais été aussi rapides et matinaux.

Levé matinal avant de repartir pour une nouvelle journée
Levé matinal avant de repartir pour une nouvelle journée

À notre départ, beaucoup sont encore endormis. Puisque nous avons constaté que les randonneurs partent souvent tard voire très très tard, vers 10h ou 11h.

Nous laissons derriére nous la hut au bord du lac
Nous laissons derriére nous la hut au bord du lac

Nous entamons la journée par le passage d’un ruisseau où nous choisissons pendant 30 min le meilleur endroit et les meilleures pierres pour traverser. Cette fois-ci nous resterons au sec.

Chaque traversée de ruisseau est réfléchie pour rester au sec
Chaque traversée de ruisseau est réfléchie pour rester au sec

Nous sommes déjà accompagnés par beaucoup de moucherons et moustiques. C’est insupportable et nous sommes obligés de nous couvrir entièrement la tête. De couvrir nos oreilles pour ne pas qu’ils y rentrent. Et de porter nos lunettes de soleil même si la luminosité n’est pas très forte pour ne pas en avoir dans les yeux. Puis de remonter notre Buffjusqu’au nez et de mettre notre capuche pour se protéger. Marion et Arnaud ont leur moustiquaire mais même avec ça, il est difficile de garder son calme.

La journée s’annonce longue

Nous regrettons le vent d’hier qui, bien que difficile à supporter, permettait d’éloigner les moustiques. Heureusement, à l’heure du déjeuner et après déjà 16 km, nous arrivons au niveau d’une hut ce qui nous permet de manger à l’abri. Le moral est moyen, la fatigue physique se fait sentir, les assauts incessants des insectes aiguisent toujours plus nos nerfs, la nourriture lyophilisée nous lasse. Nous décidons de nous poser un peu et de faire une petite sieste pour recharger les batteries.

À chacun sa technique pour lutter contre les moucherons et moustiques du Groeland
À chacun sa technique pour lutter contre les moucherons et moustiques

Puis nous reprenons la route, le temps est gris, les cairns peu visibles, nous ne prenons donc pas le chemin le plus facile ou le plus direct. Nous traversons de nombreux petits torrents et zones de marécages. Nos pieds sont mouillés, nous devons jongler avec nos deux paires de chaussures chacun. Se change-t-on de chaussures pour rester les pieds au sec ? Gardons-nous les chaussures mouillées au risque d’avoir froid, d’attraper des ampoules ?

Le temps est gris, le terrain humide, le moral moyen, c’est la partie la plus pénible du trek
Le temps est gris, le terrain humide, le moral moyen, c’est la partie la plus pénible du trek

À la fin de la journée, quelle que soit la stratégie adoptée, nous avons tous les pieds mouillés… Nous nous arrêtons dans le lit d’une rivière presque asséchée après avoir fait une pause cueillette de myrtilles.

Les myrtilles sauvages du Groeland, un vrai régal sur le chemin
Les myrtilles sauvages, un vrai régal sur le chemin

Il se met à pleuvoir, nous avons froid. Nous restons donc chacun dans notre tente pour manger rapidement avant de se mettre au lit. Nous nous endormons en pensant à nos chaussures qui ne sécheront sûrement pas cette nuit, à la pluie qui tombe et qui pourrait faire monter le niveau de l’eau dans ce lit de rivière où nous avons hésité à planter notre tente, aux 31 km qu’il nous reste…

22 km, 9h30 de marche.

Jour 7 et 8, les premières habitations et l’arrivée

Dès notre sortie de tente, nous sommes accueillis par les moucherons et moustiques. La pluie a cessé durant la nuit et nos tentes sont restées au sec. Au programme : dernière hut du parcours, paysages de vallée avec quelques lacs et surtout la fin qui approche. Cette avant-dernière journée ressemble aux autres : traversée de marécages, lutte contre les insectes, repas lyophilisé et sieste. La seule différence, c’est que nous déjeunons face à un lac où nous apercevons quelques petites maisons de vacances au loin. Nous choisissons de nous arrêter 10 km avant la fin pour savourer notre dernière nuit dans la nature.

Un des derniers repas lyophilisés, sous un filet pour certains
Un des derniers repas lyophilisés, sous un filet pour certains

Nous y sommes presque, c’est le matin de la dernière journée. Le petit-déjeuner se mange debout en marchant et en mouvement perpétuel pour ne pas que les insectes se posent sur nous, se noient dans notre thé et se jettent dans notre muesli.

Dès le levé, nous sommes couverts d’insectes
Dès le levé, nous sommes couverts d’insectes

Nous avons l’impression que la nature n’ayant que les trois mois d’été pour éclore, les mouches et les moustiques ne perdent aucune seconde et profitent pleinement de cette période pour attaquer tout ce qui bouge avant de replonger dans le long hiver froid.

Dernier campement, à 10 km de l’arrivée Sisimut
Dernier campement, à 10 km de l’arrivée

Nous repartons pour les deux dernières heures de marche.

Voyant au loin la petite ville qui se dessine au bord de l’eau. Les maisons colorées se rapprochent au fur et à mesure de notre avancée.

Sisimut, un village typiquement Groenlandais
Sisimut, un village typiquement Groenlandais

Nous y sommes enfin, voici Sisimut. Redécouvrons des sensations : marcher sur le bitume, entendre une voiture, croiser des personnes, avoir un paysage de béton… A la fois fiers et nostalgiques, nous sommes émus. Nous prenons la mesure de ce que nous avons accompli : un trail de 165 km précisément en autonomie totale, un effort physique de tous les jours avec 70h de marche au total et également une semaine à quatre à tout partager. Nous sommes nostalgiques de cette vie en tête à tête avec la nature. A boire l’eau des lacs et à se baigner dans les rivières et à choisir l’endroit où nous dormions.

Nous redécouvrons la sensation de marcher sur une route goudronnée
Nous redécouvrons la sensation de marcher sur une route goudronnée

Au total, nous avons croisé une quinzaine de personnes mais la plupart du temps nous étions totalement seuls. Il nous faut un peu de temps pour nous re-sociabiliser. Il est 10h du matin, nous nous posons dans l’unique boulangerie de Sisimut pour prendre notre petit-déjeuner. Pendant deux heures, nous nous gavons de gâteaux, brioches, pains et café.

La récompense, une longue pause dans une boulangerie de Sisimut
La récompense, une longue pause dans une boulangerie

Il faut dire que nous n’avons pas passé une seule journée sans rêver de ce moment et de cette boulangerie que nous avions repérée depuis le début dans les guides. Nous passerons le reste de la journée à arpenter la ville et à redécouvrir le plaisir de boire une bière ou de manger un burger. Nous rejoindrons notre bateau pour un départ à 21h vers la suite de notre voyage.

Sisimut, l’arrivée de l’Arctic Circle Trail
Sisimut, l’arrivée de l’Arctic Circle Trail

32 km, 11h30 de marche.

 

Conclusion sur mon trekking à l’Arctic Circle Trail au Groenland

L’Arctic Circle Trail ne se prépare pas à la légère. On ne croise que très peu de personnes sur le chemin et en cas de problème, il n’y a aucun moyen de communication (pas de réseau téléphonique et la location d’un téléphone satellite est très chère car impossibilité de le restituer au point de départ). Bien que le chemin ne soit pas très exigeant en soi, la durée du parcours et les conditions météorologiques peuvent le rendre pénible. Nous avons eu de la chance avec, du beau temps presque en permanence, et une bonne visibilité globale. Néanmoins, nous avons croisé une personne qui faisait ce trek pour la deuxième fois après une première expérience difficile.

Nous avons aussi entendu parler d’avis de recherches pour quelques touristes disparus sur le parcours. Il est indispensable de bien se préparer (matériel chaud par exemple). Et d’avoir du matériel pour se repérer (cartes, montre avec trace GPS…). Il faut également bien penser sa nourriture et en prévoir suffisamment. Nous avons croisé une personne partie avec très peu de provisions et qui a dû s’en faire donner par les autres randonneurs. Il est tentant de ne pas prendre de tente pour alléger son sac, je le déconseille fortement car les huts sont souvent très peu confortables et petites.

Conseils pour réaliser L’Arctic Circle Trail

Malgré ces mesures de précautions, l’Arctic Circle Trail est bien plus qu’une simple randonnée en itinérant. Il s’agit d’une expérience de reconnexion avec la nature. Si bien que le retour à la civilisation a nécessité un temps d’adaptation. C’est un des endroits au monde encore totalement préservé de la présence humaine. Pendant une semaine, nous nous sommes sentis libres. Libres de marcher ou de nous arrêter car la lumière du jour est omniprésente. Et aussi libre de choisir le lieu de bivouac. Libre de tirer profit des ressources que nous rencontrions : baies et eau, libres de voir des animaux et surtout d’observer pendant longtemps les rennes peu craintifs.

Ce fut aussi une expérience humaine qui nous a permis de mieux nous connaître et de renforcer notre amitié. Chacun a su tirer le groupe vers le haut dans des moments de baisse de motivation. Nous avons su ainsi garder une bonne humeur générale. L’Arctic Circle Trail vaut définitivement le coup sans hésitation, et avec une bonne préparation (parcours, matériel et équipe) cela devient une expérience extraordinaire et inoubliable.

Matériel utilisé pour l’Arctic Circle Trail au Groenland

Equipement Bivouac pour l’Arctic Circle Trail

Catégorie Nom du modèle MarquePourquoi avoir fait le choix de ce modèle au départ Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce roadbook  Si c’était à refaire 
TENTEModèle actuel équivalent : Dolomite 4000JAMETLégère, rapide à monter/démonterTente pratique pour le montage et démontage, résistante et facile à faire sécher aprés une nuit humide. Elle est compacte et son poids de 2 kilos idéale pour un trek en autonomie. Tente 2 places avec, à l’intérieur, un filet au plafond pour étendre quelques petites affaires. Seul petit défaut, il manque un systeme d’attache de la porte du hauvent pour la maintenir ouverte.Oui
SAC DE COUCHAGEModèle en duvet, T° de confort 0°C, T° extrème -10°CLAFUMANotoriété de la marque, chauds, compacts.Ce sas de couchage est trés compact avec sa housse compressible. Il est aussi trés chaud en duvet, idéal pour les nuits fraîches. Autres details que j’ai bien apprécié les cordons et le rabat anti-froid permettant de resserer au niveau de la tête et des cheveux, ce qui permet une isolation totale. Le sac de couchage est le matériel le plus important dans ce trek.Oui
SAC DE SOIEModèle basiqueDECATHLONRapport qualité/prixPratique en cas de duvet peu chaud car cela permet de rajouter une couche. Mon duvet étant suffisament chaud, je ne m’en suis pas servi.Non utilisé, je ne le prendrais pas.
TAPIS DE SOLModèle basique autogonflantDECATHLONRapport qualité/prixLes prendre auto-gonflant pour un gain de place et résistant pour ne pas qu’ils se dégonflent. Les nôtres étaient un peu vieux et un peu abimés.Nous en rachêterions des plus récents plus compacts et plus confortables.
OREILLERModèle basiqueDECATHLONRapport qualité/prixOreiller gonflable, pratique pour améliorer son confort sous une tente.Oui

Matériel de camping utilisé sur l’Arctic Circle Trail

Catégorie Nom du modèle MarquePourquoi avoir fait le choix de ce modèle au départ Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce roadbook  Si c’était à refaire 
RECHAUDTwisterCAMPING GAZPeu encombrant, légerModèle très pratique, simple et efficace. Il prend trés peu de place et les cartouches compatibles sont faciles à trouver.Oui
LYOPHILISESPlusieurs recettes testéesSUMMIT TO EAT, MX3 AVENTURE, TRAVELLUNCHGoût et qualité nutritiveJe conseille de varier les plats et les marques. Certains lyophilisés d’une même marque étaient bons et d’autres moins. Le lyophilisé a été lassant pour moi au bout d’une semaine. Pour varier, vous pouvez aussi prendre de la semoule et de la purée deshydratée.Je prendrais moins de lyophilisés en sachet et plus de nourriture type semoule, purée.
EN-CASBarre énergétiqueCLIFFQualité nutritiveNourrissante et goûteuse. Redonne un coup de pep’s en milieu de journée. Idéale pour ce genre de trek.Oui
GOURDEModèle basique en métalDECATHLONRapport qualité/prixTrès utile d’avoir une gourde. En métal pour la résistance. Je conseille de compléter avec un camel bag pour avoir sufisament de réserve d’eau.Oui
SERVIETTE MICROFIBREModèle basique taille MDECATHLONRapport qualité/prixSéchage rapide, trés compacte.Oui
AUTRE : popote, verres réutilisables, couverts, muesli, semoule, fruits secs, viande séchée, soupe lyophilisée, café soluble, thé…     

Equipement randonnée utilisé durant le trek Arctic Circle Trail au Groenland

Catégorie Nom du modèle MarquePourquoi avoir fait le choix de ce modèle au départ Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce roadbook  Si c’était à refaire 
SAC A DOS FEMMEAircontact Pro 55+15 SLDEUTERNotoriété de la marque, grand volume, qualité.Ce sac à dos n’est pas le plus léger et chaque gramme compte lors d’un trek en autonomie. Le compartiment principal s’ouvre en haut du sac et sur le dessus, pratique pour chercher ses affaires. Les sangles sur le côté permettent d’accrocher le matelas et les habits dont on se déleste lors de la randonnée. La protection de pluie fournie est trés utile.Je prendrais le même sac à dos, volumineux et pratique malgrés son poids.
BÂTONS DE MARCHENous n’en avons pas pris, nous l’avons regretté à certains moments mais le poids et l’encombrement ne sont pas négligeables.Si c’était à refaire, je n’en prendrais pas mais cela peut-être utile pour certaines personnes qui aiment marcher avec des bâtons.
LAMPE FRONTALEModèle entrée de gammePETZLNotoriété de la marquePeu voire pas utilisée car la luminosité est bonne durant quasiment toute la journée et la nuit n’est pas totalement noire.Pas forcément utile d’en avoir une par personne.
CHARGEUR SOLAIREFS103 HybridXTROMRapport qualité/prixTrés pratique pour charger son téléphone et sa montre GPS. Sans électricité pendant une semaine, nous avons gardé de la batterie sur tous nos équipements.Oui

Vêtement utilisé durant le trek Arctic Circle Trail au Groenland

Catégorie Nom du modèle MarquePourquoi avoir fait le choix de ce modèle au départ Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce roadbook  Si c’était à refaire 
DOUDOUNEModèle basiqueDECATHLONRapport qualité/prix, housse de compactage.Idéale pour le soir, compacte, légère et suffisament chaude. Capuche pratique pour lutter contre les insectes.Oui.
POLAIREModèle basique sans capucheSALOMONNotoriété de la marquePratique, simple, efficace. Idéale pour gérer les variations de température durant la journée et selon les efforts.Oui
VESTE DE PLUIEModèle basiqueDECATHLONRapport qualité/prix.Pratique, simple, efficace et résistante. Un peu encombrante.J’essaierais d’en trouver une plus compacte.
CHAUSSURESUltra Endurance 2017THE NORTH FACEChaussures confortablesChaussures pratiques et légères pour la randonnée. Elles séchent rapidement et la semelle est amovible pour les nettoyer.Je prendrais ces chaussures avec une autre paire de chaussures de montagne en complément.
CHAUSSURESXa-pro 3DSALOMONNotoriété de la marqueChaussures pratiques et légères pour la randonnée. Protection sur le devant pour marcher dans les pierrets. Elles séchent rapidement et la semelle est amovible pour les nettoyer.Je prendrais de vraies chaussures de montagne, étanches.
BUFFModèle basiqueBUFFIndispensableUtile pour le froid et en cas d’insectes.A ne pas oublier !

Autres équipements nécessaires : pantalons de montagne, sous-vêtements, hauts, casquette, lunettes de soleil, bonnet, gants, tongues, chaussures en toiles, chèche, legging…